30/11/2007

Méthodologie: interview et rencontres.

Point méthodo. Un plus pour votre dossier, c'est de rencontrer des gens en rapport avec les sujets que vous développerez. Cela est surtout possible dans "Politiques culturelles", mais on peut faire intervenir des tiers dans de nombreux thèmes de dossiers. 

Exemples pratiques:

- Vous avez choisis la chaussure en 1925, vous pouvez essayer d'échanger quelques mails ou rencontrer le conservateur du musée de la mode ou le commissaire d'expo de la mode des années folles.

- Vous voulez faire un sujet sur l'état des musées en France, essayer de rencontrer des conservateurs, les auteurs de livres sur le sujet, des journalistes...

Cela montrera votre investissement dans votre travail, ce qui est un plus lors de l'examen. De plus, ce sera pour vous une expérience très enrichissante, surtout si vous voulez continuer vos études dans l'histoire des arts.

J'ai moi même une petite liste de contacts pouvant vous aider pour vos dossier. Dites moi vos sujets (par mail ou commentaire), je verrais si je peux vous aider.

20:58 Écrit par Joh P. dans Méthodologie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : contacts, bac |  Facebook |

Conférence sur le design dans l'oeuvre de TATI

Info pour Artistes et architecture ou Ville au XXème.

Conférence sur le design dans l'oeuvre de Jacques Tati le mercredi 5 décembre à 18h30 à l'auditorium du Grand Palais (entrée Champs Elysées, square Jean Perrin, avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris). L'accès est gratuit (mais il faut retirer une entrée à l'accueil dans la semaine qui précéde la conférence.

 

20:42 Écrit par Joh P. dans Artistes et Architecture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : design, evenement |  Facebook |

18/11/2007

Point orientation

L'année de terminale "l'année où les profs (et vos parents) n'ont que deux mots à la bouche: bac et orientation"

Pour ceux qui veulent faire de l'histoire de l'art mais qui ne savent pas trop quoi encore, je vous donne quelques pistes de recherche... Bien sur, cet article  ne sera pas exhaustif, je ne fait que vous donner des infos que j'avais en reserve, pour vous éviter des recherches. Pensez à lire la brochure de l'Unicep sur les études en Hida/médiation culturelle!

  • L'école du Louvre. le best du best pour l'histoire des Arts: des profs géniaux et passionnants (souvent conservateur), des locaux de rêves (aller tout les matins en cours au Louvre, c'est la classe^^) et un enseignement de très grande qualité qui allie cours magistraux et visite de musées. Attention: le nombre de reçus au test d'entrée chute depuis quelques années (on est passé de 34% en 2003 à 17% en 2007). On nous a dit en début d'année que de moins en moins de bacheliers étaient reçus, que le niveau était trop élevé, que c'était difficile après pr eux, parce qu'ils n'avaient pas les acquis les méthodes de travail du superieur...donc, si vous tentez l'école, pensez à vous inscrire ailleurs en cas d'échec au test! Je ne vais pas vous faire tout un descriptif de l'école, vu que tout est sur le forum et sur le site de l'école
  • La fac Histoire des Arts: Y'en a un peu partout: Paris, Rennes (je crois), Tours, Nantes... L'inconvéniant de la fac, c'est qu'on aborde pas les choses dans l'ordre chronologique; on peut faire le 17eme en 1ere année et l'archéo du Proche Orient en 3eme... Et puis, contrairement à l'école du Louvre, l'enseignement est moins basé sur les visites en musée.
  • La fac Médiation culturelle autour de moi on me dit que c'est nul, mais je trouve que le programme à l'air pas mal... après, je n'y suis jms allée! On en trouve là encore un peu partout. A noter: ça se fait aussi par correspondance à Montpellier: bon plan en double cursus avec HIDA
  • Ecoles de Médiation culturelle: ICART et EAC: l'avantage de ces écoles est qu'elles proposent de nbrx stages professionnels.
  • IUT métiers du livre et du patrimoine: Plusieurs universités propose cet IUT (à ma connaissance Paris et Le Havre, mais il y en à d'autre...) Je pense que c'est un bon plan pour commencer ses études: au bout de 2 ans, vous avez déjà un diplome, acquis les méthodes de travail, et vous pouvez continuer vos études en fac ou en école!
  • Prépa Littéraire avec option Hida certains lycées parisiens proposent cela

17:17 Écrit par Joh P. dans Orientation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : orientation |  Facebook |

10/11/2007

Expo: "acquisitions 2003-2007" au Centre G. Pompidou du 7 novembre au 7 janvier

L'exposition " Acquisitions 2003-2007" au Centre G. Pompidou présentes les quelques unes des 1750 photographies qui ont réjoint durant les cinq dernières années les collections du musée. Cinq thèmes poncutent le parcours: la révélation surréaliste, la chose exorbité, les voies de l'experimentation, réalisme poétique, portrait d'identité, documents contemporains, histoire mémoire.

Je vous parle de cette expo car elle peut etre le point de départ d'une étude pour le thème "politiques culturelles": la politique d'acquisition du cabinet de photographie du Centre Pompidou. Vous pourrez vous aider de plusieurs articles paru sur le sujet, dont un dans le connaissance des arts Photo n°13. L'idéal pour ce type de sujet est bien sur de contacter l'administration du musée, et au mieux, le conservateur.

Vous pouvez aussi travailler sur la politique d'acquisition d'un musée proche de chez vous, ce qui vous permettera de rencontrer les conservateurs!

09/11/2007

Exposition Les heures chaudes de Montparnasse

Se tient jusqu'au 6 janvier 2008 une expo au musée du Montparnasse qui concerne (encore une fois) le programme. Les "heures chaudes de Montparnasse" présente la vie de ce quartier dans les années 20 à travers des films de Jean Marie Drot et des oeuvres de Chagall, Cocteau, Desnos, Marie Laurencin, Modigliani, Chana Orloff, Picasso et Zadkine (pour ne citer que les plus célèbres).

Si Montmartre était le centre artistique du Paris des années 1900, en 1925, les artistes se retrouvent surtout dans le quartier du Montparnasse, dans des lieux emblématiques, tel que la ruche, la coupole, le dome...

Cette exposition peut etre pour vous une première approche du Paris des années 1925: pourront en découler bien sur, un dossier: le quartier Montparnasse dans les années 20, ou L'école de Paris. Vous pouvez aussi ne vous attacher qu'à un lieu (le café de la Coupole) ou à une personnalité (Kiki de Montparnasse)...

INFORMATIONS PRATIQUES

« Les Heures chaudes de Montparnasse »

du 15 juin 2007 au 6 janvier 2008

Musée du Montparnasse

dans le Chemin du Montparnasse

21 avenue du Maine 75015 Paris

Métros Bienvenüe Montparnasse (sortie Place Bienvenüe) ou Falguière

Horaires : tous les jours de 12h30 à 19h sauf le lundi

Renseignements : 01 42 22 91 96 et http://www.museedumontparnasse.fr

Tarifs : 6€, 5€

info sur le quartier

23:02 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1925, exposition, idees |  Facebook |

08/11/2007

Exposition Steichen au musée du Jeu de Paume


 

Après que mon ordi est planté je reprends (très énervée), l'écriture de mon article sur Steichen... dire que je l'avais presque fini :-( 

decoration

Edit : faute de trouver l'affiche officielle de l'expo, j'illustre mon article de la couverture du catalogue de l'expo

 

Grand coup de cœur depuis mon arrivée à Paris : cette exposition au Jeu de Paume...  Merci Alexis d'avoir eu l'idée géniale de cette sortie ! Steichen est vraiment un photographe extraordinaire. J'admire particulièrement son travail de la lumière.

L'exposition  Edward Steichen, une épopée photographique est la première rétrospective en Europe consacrée à cet artiste de la première moitié de XXème siècle. Près de 450 photographies sont présentée jusqu'au 30 décembre 2007 au Jeu de Paume Concorde.

Edward Steichen est un artiste américain né en 1879. Son œuvre fut l'une des plus prolifiques et des plus diverses de l'histoire de la photographie. Diverse, car aucun genre ne lui a échappé : portraits, paysages, natures mortes, nus, photographie de mode, de pub, de théatre, de guerre, aérienne... Son œuvre à évolué au fil des ans et -comme me l'a fait remarqué Alex cet après midi- aucune de ses période n'a été médiocre : il a toujours su être inventif, novateur.
Né en 1879 au Luxembourg, il grandit au Etats-Unis, où ses parents ont émigré en 1880. Il commence à pratiquer la photographie à 16 ans. En 1895, il rencontre Alfred Stieglitz (avant-gardiste en matière de photo, cf cours de première)  avec qui il se liera d'amitié (ils fonderont ensemble le groupe Photo-Sécession et Steichen participera aux publications de Camera Work). A Cette époque, Steichen s'inscrit dans le courant pictorialiste (rappel des cours de première, n'est ce pas ^^) et produit de magnifiques photos avec des lumières extraordinaire... Les portraits qu'il réalise à cette époque sont étranges, envoutants, novateurs (je pense tout particulièrement aux portraits de Rodin). La qualité technique des tirages est aussi à remarquer.

En 1914, le photographe retourne à New York.  Il est alors nommé responsable de l'équipement photographie que dans l'armée de l'air américaine. Son expérience dans la photographie aérienne militaire va avoir un effet sur son œuvre. Il se brouille en 1917 avec Stieglitz et s'éloigne de l'esthétique pictorialiste. Après la guerre, il réalise des compositions photographiques (qui pour moi ont évoqué le travail de Rodtchenko)

Il devient en 1923 directeur artistique de Vogue et pratique alors la photographie de mode et la photographie mondaine. Tout les « people » des Etats Unis de l'époque passent sous son objectif. Pour Vogue, il photographie les vêtements de luxe des années folles : Chanel, Lanvin, Poiret, Schiaparelli... Tout cela dans une esthétique très art déco !

Dans les années 20, il réalise des publicités et des motifs textiles abstraits à partir de macro photographies répétées à l'infini (difficile à expliquer, mais très beau à voir).

En 1938 il se consacre à l'horticulture (il sera à l'origine de la première expo de fleur dans un musée). En 1946 il est nommé directeur du département photographie du MoMA pour lequel il conçoit des expositions à la présentation très novatrice.  (je suis allée assez vite sur la fin, car elle concerne moins le programme).

C'est une expo à ne pas manquer, de très grande qualité, qui vous fournira des exemples à citer en dissertation et des idées de sujets pour le thème 1925. En voici quelques uns :

-Le travail de Steichen dans les années 20 : un sujet qui permet d'aborder les différentes facettes de son oeuvre

- Steichen : photographe de mode des années folles : ce sujet permet d'évoquer deux domaines artistiques : la mode et la photographie : il y aura beaucoup de chose à dire, car Steichen à photographier la crème de la crème en matière de mode :  du Lanvin, du Chanel, du Poiret, du Schiaparelli porté par des modèles d'une grande beauté ; le tout traité de manière créative !

- Steichen et la photographie Mondaine

- Les motifs réalisé pour les textiles de la firme Stehli : c'est un sujet plus pointu mais tout aussi passionnant : pour celui-ci, pensez à jeter un œil sur la photographie abstraite et les expérimentations menées par Man Ray, Moholy Nagy (Bauhaus), par Rodtchenko (groupe Octobre), et par les artistes de la Nouvelle Vision.

Plus largement :

-La photographie de mode dans les années 20

-les débuts de la photographie publicitaire dans les années 20

-photographie, abstraction et expérimentations dans les années 20.

Il est probable que je refasse plusieurs articles « idées » sur la photographie en 1920-1930 car il y a beaucoup de sujet à traiter sur ce thème !

Infos pratiques

Jeu de Paume
1, place de la Concorde
75008 Paris

Métro : Concorde (lignes 1, 8, 12)
Bus : 24, 42, 72, 73, 84, 94

Renseignements : 01 47 03 12 50

Mardi (nocturne) : 12h à 21h
Mercredi à vendredi : 12h à 19h
Samedi et dimanche : 10h à 19h
Fermeture le lundi

TARIFS

Entrée : 6 €
Tarif réduit : 3 €
La vente des billets se termine une demi-heure
avant la fermeture des espaces d'expositions.

http://www.jeudepaume.org/?page=accueil

 

 

21:34 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : photographie, 1925, idees, exposition |  Facebook |

07/11/2007

IDéES artistes et architecture: L'HELICE TERRESTRE

L'hélice terrestre.... Un lieu magique qui ensorcelle ses visiteurs... Situé non loin de Saumur, cet ancien village trogodyte de l'Orbière est devenu une "scultpure-architecture" contemporaine

 Tout d'abord, des images pour piquer votre curiosité:

 ******     *   **   ***    ***   **   

Jacques Warminsky, auteur de cette oeuvre, est né en 1946 à Angers. Dans les années 90, il a acquis et transformé l'ancien village trogo de l'Orbière pendant 5 ans, avant que la mort ne l'emporte en novembre 1996... 

Je ne peux que vous recommander d'aller visiter l'hélice terrestre même si c'est une peu loin de chez vous... Je ne sais pas trop comment décrire cette oeuvre (les liens vous éclaireront mieux que moi) car j'en garde un souvenir plein d'émotions, et il est parfois difficile de mettre des mots sur l'émotion. C'est ensorcelant... Un havre de paix... Il est possible de rester des heures dans les galeries sans se lasser...

Je reviens au terre à terre: c'est un exemple à citer pour vos dissert et une idée de dossier: rapport sculpture/architecture, son/espace... ATTENTION je vous déconseille de faire votre dossier sur l'hélice terrestre SANS la visiter. On ne peut pas l'étudier sur des photos ou grâce à des témoignages. Il faut le vivre: c'est une oeuvre dans laquelle vos sens jouent un grand rôle.

J'esserai d'éclaircir cet article ultérieurement  

Liens utiles :

le site officiel  -   un article de blog     -     blog photo     -       photos sur l'internaute     -      photos     -

 

 

04/11/2007

Exposition Leuleu au musée des années 30 de Boulogne

L'expo actuellement présentée au musée des années 30 retrace 50 ans de création de la maison Leuleu. Entre 1920 et 1970, cette entreprise familiale créa des meubles de luxe pour des particuliers, des sièges d'entreprises, des ambassades, des paquebots... et même pour le palais de l'Elysée!


La visite de cette exposition vous sera utile pour deux raisons: d'une part elle vous permeterra de découvrir quelques créations art déco d'un grand ensemblier (sujet potentiel de dossier et exemple à donner pour une dissertation ou un commentaire de texte), d'autre part, vous y observerez des créations d'après guerre que vous pourrez mettre en relation avec celles que vous avez vu en visitant l'appartement témoin du Havre.

2333

INFOS pratiques:

Site de l'expo

La maison Leleu, 50 ans de mobilier et de décoration

25 septembre 2007 - 6 janvier 2008

du mardi au dimanche : de 11h à 18h

Musée des Années 30 + expositions temporaires :
Plein tarif : 4,35 euros

Tarif réduit : 3,35 euros
Gratuit  le premier dimanche de chaque mois.

28 av André Morizet
92100 Boulogne-Billancourt
France

13:40 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : idees, exposition, arts decoratifs |  Facebook |

Design contre design (3) idées pour artistes et architecture

Les idées qui vont suivre sont en rapport avec le thème artistes et architectures, un sujet pour lequel beaucoup on encore du mal à trouver des idées. Je vous propose deux pistes de recherche à partir de quelques oeuvres: le corps de la femme et le design et l'architecture et architecture d'interieur et vie intra utérine. Vous allez voir, les exemples se recoupent. 

Le corps de la femme, design et architecture. Vous cherchez le point commun? Le premier a inspiré les deux autres. Cliquez sur les liens pour voir en images:  Une maison de Armando Munoz Garcia en forme de femme   Fauteuil et pouf UP5 / UP6, dits « La Donna » de Gaetano Pesce (collection Fnac, visible à l'expo design/design)         The Womb House (oui oui, une maison en Uterus!) de l'Atelier Van Lieshout, 2004 (visible à l'expo)    Siège homme de Ruth Francken, 1971    Chiffonier antropomorphe de Groult               Je ne vous donne là que quelques exemples, mais sachez qu'il y en a beaucoup, que vous pourrez découvrir à l'expo design contre design ou en dans des livres...

2°  Vie intra-uterine et Architecture  attention: ce titre n'est pas celui à choisir, mais je n'en trouve pas de mieux... Je vais vous présenter quelques oeuvres d'artistes et de designers qui tendent à recreer dans une sorte d'architecture le milieu intra-uterin. Oui oui, quand vous étiez dans le ventre de votre maman. Dali en parle dans le chapitre II de son livre 'la vie secrete de salvador Dali' ed. gallimard. Dans ce livre assez spécial, Dali nous livre ses souvenirs intra-uterins qu'il associe à un paradis perdu (vous verrez ça en philo, le traumatisme de la naissance...) Quelques exemples d'oeuvres majeurs autours desquelles vous effecturez vos recherches:  The Womb House (oui oui, une maison en Uterus!) de l'Atelier Van Lieshout, 2004     Phantasy Landscape de Verner Panton (1926-1998)        Le jardin d'hiver de Dubuffet au centre pompidou    L'hélice terrestre  Il y en a d'autres.... A vous de chercher (pour ceux que ça interesse demandez moi, j'ai d'autres pistes, mais ce ne sont que des suppositions que j'ai faite, c'est pourquoi je ne les affiches pas la...)

 

Design contre design (2): des idées pour 1925

Ceci est la suite du message précédent, qui présentait l'expo design/design 

Première idée qui a germé dans ma tête, un peu saugrenue je l'avoue, mais assez originale et audacieuse pour ceux qui l'oseront: les couverts en 1925!! (thème pris) Oui oui, parler des fourchettes, couteaux, petites cuillères, assiettes et théieres!! Et il y a beaucoup de choses à dire!! Beaucoup de décorateurs de l'époque s'y sont collés, y'en a de toutes sortes, conçues par le Bauhaus, ou par l'union des artistes modernes... Bon, je voulais vous faire une petite listes de reférences, mais la base de recherche du musée des Arts déco ne fonctionne pas bien ce soir, je tombe sur les vases dix-huitième alors que j'ai demandé des couverts époque 1920-1930... Pour un sujet de ce genre là, deux lieux où trouver des idées: le musée des Arts décoratifs et l'exposition design/design NB: si les couverts ne vous branchent pas, il y a plein d'autres idées de thématiques: le vase, le flacon de parfum, les verres, les bureaux, les sièges... Une approche thématique des arts décoratifs dans les années 20 est une bonne idée, car cela permet d'aborder l'opposition entre contemporains et modernes, d'évoquer les différents types de matériaux mais aussi de parler de ce qui se faisait à la même époque dans d'autres pays (le Bauhaus en Allemagne, par exemple). Pour la conclusion, vous pourrez évoquer l'héritage que les oeuvres dont vous parlez ont laissé, comment leur formes ont été réinvesties par la suite par d'autres artistes. exemple: si vous parlez du chiffonier antropomorphe de Groult, évoquez dans votre conclusion le meuble à tiroirs de Newson . Je ne cite là que l'exemple le plus célèbre, mais l'expo design/design vous permettera d'en découvrir bien d'autres...

EDIT: LE THEME "COUVERTS"est adjugé vendu ^^  j'ai la flème de refaire l'article mais vous pouvez faire le vase, le flacon de parfum, les verres, les bureaux, les sièges, les stylos, les assiettes, les commodes y'a du choix...

Seconde idée, toujours pour 1925, l'oppostion entre les modernes et les contemporains... J'ai traité ce sujet pour mon dossier de bac et j'y consacrerait un topic plus détaillé plus tard. (c'est juste une idée qui m'est revenue pdt l'expo)

13:10 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arts decoratifs, 1925, idees |  Facebook |

Design contre design - exposition au Grand Palais

Aujourd'hui, j'ai visité avec Marielle l'expo Design contre Design aux Galeries Nationales du Grand Palais. Bonne nouvelle pour tout le monde: il n'y a quasi pas de temps d'attente pour entrer (il faut dire que Courbet attire tout le monde...). Je vous conseille vivement de faire un petit tour à Paris pour voir cette expo fabuleuse et très bien conçue. Il y a très peu de textes explicatifs et pour une fois c'est TANT MIEUX. Non, non, je ne suis pas tombée sur la tête, moi qui peste toujours sur le manque de guide (gratuit) dans les expos. Nous avons visité l'expo design/design sans audio guide et ça ne m'a pas manqué... D'une part parce que j'avais quelques idées et notions du sujet, d'autre part parce que les objets parlent d'eux même, grace à une très bonne mise en scène... c'est une exposition qui se lit facilement, la problématique est abordable à tous... Avant de visiter l'exposition, j'étais assez septique, notamment au sujet des "courts circuits" annoncés sur le site de l'expo "Design contre design propose de confronter des objets et des meubles de l'environnement domestique de la révolution industrielle à nos jours. Plutôt que de raconter une chronologie aujourd'hui trop complexe, elle met en parallèle, juxtapose, propose des courts circuits dans le temps destinés à créer la surprise et des dialogues entre les choses." J'avais peur de découvrir un fouilli sans vrai fil conducteur, sans problématique... J'avais tord! Un grand coup de coeur pour cette très bonne expo...
design

Bon ok ok, j'entre dans le vif du sujet... En quoi est elle en rapport avec le programme de terminale hida? Il n'y a aucun lien direct, semble il? J'ai fait pour vous un petite liste d'idées de sujets qui ont germé dans ma tête tout au long de l'expo , auxquels Marielle à eu droit en avant première (tu m'en veux pas que je les dise?)...   edit: pour plus de clarté j'ai transféré les idées dans les deux messages suivants:

Informations pratiques

Dates
du 26 septembre 2007
au 7 janvier 2007

Lieu
Galeries nationales
du Grand Palais 75008 Paris
Entrée square Jean Perrin

Accès
M° Franklin-Roosevelt
ou Champs-Élysées Clemenceau.

Tarifs
Plein tarif : 10€
Tarif réduit : 8€
(13-25 ans, famille nombreuse, demandeur d'emploi)
Gratuit pour les - de 13 ans.

Horaires
Tous les jours sauf les mardis.
De 10h à 20h, les mercredis et vendredis jusqu'à 22h
A partir du 10 novembre, nocturne supplémentaire les samedis et dimanches jusqu'à 22h

Pour en savoir plus: Le site de k'expo

02/11/2007

Programme

Programme publié sur le BO 2001 -Ministère de l'éducation

HISTOIRE DES ARTS
ENSEIGNEMENT DE SPÉCIALITÉ - SÉRIE LITTÉRAIRE


I - DÉFINITION

Située au carrefour de différentes formes d'expression artistique, l'histoire des arts n'est pas un enseignement de pratique artistique mais de mise en perspective historique de l'ensemble de ces pratiques. A ce titre, il nécessite des connaissances théoriques sur la nature et l'histoire spécifiques de ces dernières, comme sur l'histoire des civilisations en général. C'est un enseignement de culture fondé sur une approche à la fois pluridisciplinaire, transversale et sensible des œuvres et non une formation pré-professionnelle. Prenant appui sur les acquis antérieurs des élèves, il porte sur les grandes formes d'expression artistique : architecture et art des jardins, arts plastiques et arts appliqués, cinéma, danse, musique, spectacle vivant , etc.
Cette formation est confiée à une équipe d'enseignants de différentes disciplines (arts plastiques, éducation musicale, histoire, langues, lettres, philosophie, etc.) ayant des compétences reconnues en histoire des arts et dont un des membres assure la responsabilité de la coordination. La richesse et la diversité du domaine nécessitent que cette équipe associe à la mise en œuvre de cet enseignement des institutions et des acteurs culturels. Ce partenariat, dont les modalités sont à déterminer par l'équipe pédagogique, prend la forme d'interventions, qu'elles soient ponctuelles ou continues, de professionnels (archéologues, architectes, chercheurs, chorégraphes, conservateurs, metteurs en scène, musiciens, plasticiens, etc.), de relations privilégiées avec des structures institutionnelles (archives, bibliothèques, musées, services culturels, théâtres ou opéras, etc.), de collaborations avec des associations habilitées.

II - OBJECTIFS

En classe terminale, l'enseignement de spécialité d'histoire des arts n'a pas pour objectif de former de futurs historiens des arts ou des professionnels de la culture mais d'ouvrir les élèves à la vie culturelle contemporaine en les amenant à :
- prendre en compte des disciplines moins étudiées dans leur parcours scolaire, telles que le cinéma ou la danse, et percevoir les liens entre les différentes pratiques et productions artistiques,
- acquérir des repères particulièrement riches et féconds pour s'orienter dans un monde contemporain où la place des arts s'est singulièrement accrue,
- mettre en œuvre des types de travaux qui sollicitent leur sensibilité tout en la confortant par une meilleure connaissance historique de la création artistique et des conditions de sa production ainsi que par une maîtrise plus approfondie des méthodes d'investigation et d'analyse des œuvres.
Cet enseignement s'inscrit dans le cadre d'une formation générale, avec des objectifs similaires à ceux des programmes de seconde et de première mais qui visent une maîtrise plus approfondie des méthodes d'investigation et d'analyse des œuvres.
II.1 Aspects théoriques
Sous des formes diverses, les approches théoriques doivent permettre aux élèves :
- d'identifier, à partir des œuvres étudiées, des moments clefs de l'histoire des arts du XXème siècle ;
- de maîtriser les vocabulaires techniques de base et la méthodologie d'analyse des œuvres propres à l'histoire des arts et aux grands domaines artistiques ;
- de conduire une analyse croisée des différents processus artistiques en les replaçant dans une perspective historique ;
- de replacer œuvres et démarches artistiques dans le cadre d'une réflexion esthétique.
II.2 Aspects pratiques
Contrairement aux autres enseignements artistiques (arts plastiques, cinéma, danse, musique, théâtre), l'histoire des arts n'est pas un enseignement de pratique artistique ; il n'en comporte pas moins des aspects pratiques qui relèvent, comme dans d'autres disciplines d'enseignement général, des techniques documentaires. L'approche pratique doit en effet mettre les élèves en situation de :
- rechercher des informations variées dans différents centres de ressources (archives, bibliothèques, institutions et équipements culturels...), les vérifier en les croisant ;
- sélectionner et produire des documents de nature différente (textuelle, iconographique et sonore) et les agencer pour produire un dossier de synthèse ;
- traiter et restituer les informations dans le cadre d'une problématique définie ;
- mener à l'écrit une réflexion argumentée sur une question de synthèse ;
- maîtriser les techniques de présentation écrite et orale d'une recherche en respectant une norme de présentation .
En outre et de façon plus spécifique, l'enseignement d'histoire des arts met en œuvre de façon pratique une méthodologie d'analyse critique permettant de prendre en compte, en maîtrisant les vocabulaires appropriés, les divers aspects qui donnent sens à l'œuvre (inscription dans un type de civilisation urbaine, matérialité de l'œuvre, relations entre formes et technologies, entre formes et discours esthétiques et/ou idéologiques, parcours des créateurs, réception des œuvres, etc.).

III - PROGRAMME

En classe terminale, l'enseignement de l'histoire des arts s'attache à développer les acquis culturels et méthodologiques de la classe de première en les appliquant à l'étude de questions précises. Une partie de ces dernières est renouvelée chaque année.
La limitation de la période étudiée au XXème siècle aspire à donner aux élèves les moyens de mieux appréhender leur cadre de vie et comprendre la création artistique contemporaine, à partir de trois questionnements qui offrent une focalisation progressive sur la production artistique par des approches complémentaires :
- la première, généraliste, offre un cadre fédérateur qui prend en compte le caractère essentiellement urbain de la civilisation contemporaine et permet, à partir de trois entrées ciblées, d'étudier des œuvres en les situant dans l'imaginaire de notre époque et dans les pratiques artistiques, politiques et sociales du siècle qui vient de s'achever ;
- la deuxième, plus thématique, porte sur un ensemble précis de productions artistiques afin de confronter les élèves à l'étude d'œuvres ou d'événements culturels marquants de ce siècle ;
- la troisième, plus monographique, a trait à l'aventure singulière de créateurs, témoins majeurs du XXe siècle, et permet à l'élève de découvrir les œuvres à partir de leur genèse, de leur environnement et de leur réception.
L'enseignement s'appuie sur deux composantes fondamentales : une approche culturelle d'une part, l'acquisition de savoirs et d'outils méthodologiques et conceptuels d'autre part.
III.1 Les deux composantes fondamentales du programme
III.1.1 L'approche culturelle
Il s'agit de repérer des moments particulièrement forts de la production artistique du XXème siècle en s'appuyant, à titre d'exemple, sur des œuvres significatives, des écrits d'artistes, des textes théoriques. Cette démarche a pour vocation de susciter la curiosité de l'élève pour la vie culturelle et artistique contemporaine et s'enrichit, en classe terminale, d'une réflexion sur l'esthétique.
Cette approche permet aussi, à travers l'étude de réalisations majeures du XXème siècle, une compréhension des processus artistiques, de la vie culturelle et de l'environnement urbain, qui participe à la construction d'une identité culturelle et d'une citoyenneté contemporaine.
III.1.2 L'acquisition de savoirs et d'outils méthodologiques et conceptuels
Il ne s'agit pas de suivre un déroulement chronologique de l'histoire des arts au XXème siècle mais de faire apparaître les relations entre les arts et la vie sociale et culturelle à partir de trois grands questionnements.
III.2. Les deux ensembles du programme
Le programme comporte un ensemble commun obligatoire et un ensemble libre se répartissant approximativement entre quatre cinquièmes de l'horaire global pour le premier et un cinquième pour le second.
III.2.1. L'ensemble commun obligatoire
Le programme porte sur le XXème siècle et s'articule autour de trois grandes questions d'importance égale et qui seront traitées avec la même attention :
1. Arts, villes, politiques et sociétés ;
2. Œuvres, événements culturels au XXème siècle ;
3. Un artiste dans son temps.
Seule la première de ces questions est permanente et, à ce titre, plus particulièrement détaillée ci-dessous avec les trois entrées qui la constituent ; les deux suivantes font l'objet d'un programme limitatif renouvelé en partie chaque année.
1 - Arts, villes, politiques et sociétés
L'avènement d'une société majoritairement urbaine est un des faits marquants du XXème siècle, qui entraîne une mutation des conditions de la commande et de la production artistique. Cette première question permet de s'interroger sur ces processus à partir de trois entrées - "Arts et villes au XXème siècle", "Les artistes et l'architecture", "Politiques culturelles en France depuis 1945" -, qui amènent à analyser respectivement la production de la ville et le regard porté sur elle par les artistes, les conditions de la création dans le contexte des politiques culturelles locales, et la position de l'artiste dans le cadre architectural de la ville contemporaine. Les deux entrées - "arts et villes au XXème siècle" et "les artistes et l'architecture" - présentent des liens forts et une certaine cohérence. On les traitera en complémentarité en utilisant le plus souvent possible des exemples communs.

Arts et villes au XXème siècleIl s'agit d'analyser comment, entre rêve et réalité, divers acteurs du cadre urbain répondent aux évolutions des sociétés contemporaines, et d'étudier ainsi les interactions entre les arts et la ville, dans leur dimension poétique, politique et sociale. À cet effet, les études de cas choisies par l'équipe pédagogique favorisent une approche croisée de cette entrée à travers les problématiques de :
- la ville imaginée, qui s'attache à la dimension poétique de ces interactions en interrogeant la nature et la fonction de l'utopie urbaine à partir d'exemples d'utopies architecturales ou urbaines pensées par des chorégraphes, des cinéastes, des hommes de théâtre, des musiciens ou des plasticiens (dessinateurs de BD, peintres, sculpteurs, ...) ;
- la ville réalisée, qui offre l'occasion d'aborder la dimension politique de la question par l'étude des divers enjeux de la création urbaine contemporaine et des changements de sens qui s'opèrent de l'utopie à la réalité, en s'appuyant sur l'étude d'une ville reconstruite, d'une ville nouvelle et d'une ville de loisirs ;
- la "ville en crise" et sa réhabilitation, qui conduit à réfléchir sur la dimension sociale de ce thème d'étude à travers le regard porté par les artistes sur la crise de la ville contemporaine et les remèdes que l'on tente d'y apporter ; on peut ici s'appuyer sur diverses productions artistiques (arts plastiques, cinéma, photographie, spectacles chorégraphiques ou musicaux,...) ou manifestations (ex. l'exposition Mutations à Bordeaux) qui illustrent les disfonctionnements de la ville ou en témoignent, tandis qu'une ou quelques études de cas, éventuellement empruntées au contexte local, permettent d'analyser la nature et les enjeux des tentatives récentes pour remédier à cette crise (ex. : retour à l'urbanité et à l'alignement sur rue, liaisons entre entité
patrimoniale et création, Banlieues 89, opérations de réhabilitation et reconversion de friches industrielles, coutures urbaines, ...).
Les artistes et l'architectureAu XIXème siècle, période étudiée en première, les édifices de la ville offraient aux artistes un champ d'intervention dont les enjeux, sur le plan des ressources économiques ou de la reconnaissance publique, étaient loin d'être négligeables. A l'opposé, l'évolution des conceptions architecturales et des procédés de construction dans la ville du XXème siècle tend à réduire considérablement la place de l'artiste en dehors de quelques exemples exceptionnels (ex. : Musée des arts d'Afrique et d'Océanie, Palais du Trocadéro, ...). Il s'agit donc de s'interroger sur la possibilité de l'intervention de l'artiste dans l'architecture de la ville contemporaine à partir d'études de cas (ex. : le cabaret de l'Aubette à Strasbourg, la Villa Noailles à Hyères, l'église du Plateau d'Assy, la chapelle de Ronchamp, une œuvre du 1 % artistique, le mouvement muraliste au Mexique, ...). Par ailleurs, l'étude d'œuvres d'artistes contemporains tels que Daniel Buren, Christo, Robert Irwin, Jean-Pierre Raynaud, James Turell, Felice Varini, et tant d'autres dont tout ou partie du travail plastique interroge de manière critique la problématique de l'espace architectural ou urbain, peut être l'occasion de se demander s'il ne s'agit pas là d'un déplacement de la position de l'artiste dans l'architecture, plus riche de sens que sa participation effective au décor du bâtiment.
Politiques culturelles en France depuis 1945Il s'agit ici, à partir de quelques études de cas se rapportant à différentes pratiques artistiques (architecture, arts plastiques, cinéma, danse, littérature, musique, théâtre) et s'appuyant sur le contexte local, de montrer comment, depuis la seconde guerre mondiale, le paysage culturel français a évolué en rapport avec les politiques menées par l'État ou les collectivités locales. À partir de l'activité d'une troupe chorégraphique, d'un orchestre régional, d'un théâtre, d'un musée, ou de toute autre institution culturelle locale on s'interroge sur l'histoire et les productions de cette dernière, en replaçant son activité, les formes de pratiques culturelles auxquelles elle donne lieu, dans le cadre plus général de l'évolution des politiques culturelles menées par l'État ou les collectivités locales. C'est l'occasion de découvrir les structures et le fonctionnement des institutions culturelles et les enjeux des politiques conduites, tout en veillant à analyser en permanence dans quelle mesure ces phénomènes influent sur la création artistique et sur sa réception.


2 - Oeuvres, événements culturels au XXème siècle
Centrée sur un corpus d'œuvres, un mouvement artistique ou un cadrage historique, cette question est l'occasion d'une étude rendant compte des contributions croisées de différentes pratiques artistiques (architecture, arts appliqués, arts plastiques, cinéma, danse, musique, théâtre, ...) .
3 - Un artiste dans son temps
Cette troisième question est illustrée par un artiste ­ photographe, peintre, architecte, cinéaste, musicien, designer, chorégraphe, etc. ­ particulièrement important dans l'art du XXème siècle.
III.2.2 L'ensemble libre
Respectant les objectifs de formation fixés par le programme et prenant en compte le niveau et le goût des élèves, les ressources de l'établissement et de l'environnement et, d'une façon générale, le contexte sous toutes ses formes, l'équipe pédagogique dispose librement de cet ensemble, qu'il s'agisse d'une démarche interne à la discipline, d'une ouverture à l'environnement pédagogique et culturel ou d'une mise en perspective de l'enseignement proposé au cours de ces trois années ou de toute autre question. En conséquence, les items ci-dessous sont donnés à titre d'exemples et d'exemples seulement. Ils n'imposent rien. Ils visent simplement à éclairer le propos.
* Dans une démarche interne à la discipline, on pourra notamment :
- revenir, en cas de nécessité, sur tel ou tel point du programme commun obligatoire qui n'aurait pas été assimilé par l'ensemble des élèves ou par certains d'entre eux ;
- aborder de nouvelles questions, pouvant notamment concerner des domaines moins traités dans le cadre des questions de l'ensemble commun (danse, musique, théâtre par ex.), afin de donner une ampleur accrue à l'enseignement, tout en soulignant sa cohérence ;
- s'appuyer sur les nouvelles technologies pour approfondir les méthodes de recherche documentaire et d'analyse (par exemple se livrer à une analyse critique de catalogues d'exposition, de documentaires vidéo, de cédérom, de sites Internet, ...) ou de production de documents (exemples : traiter des images, créer un cédérom, un site Internet, ...), dans le cadre des questions de l'ensemble commun obligatoire, et poursuivre une réflexion sur la relation entre technique et création ;
- examiner les projets de TPE de chacun, les problématiques qui les orientent, les savoirs, savoir-faire et méthodes qu'ils mobilisent pour une mise en œuvre réussie.
* Dans une démarche d'ouverture à l'environnement pédagogique et culturel, on pourra notamment :
- entrer en relation avec les autres disciplines enseignées au lycée pour travailler sur des thèmes ou des questions complémentaires qui peuvent donner lieu à des approches croisées et instaurer ainsi une véritable interdisciplinarité conduisant les élèves à mieux percevoir la cohérence de leurs études ;
- consolider les relations entre l'enseignement et la création, l'école et les lieux de vie artistique et culturelle , en utilisant au mieux, de façon continue ou ponctuelle, les ressources offertes par l'environnement et le calendrier des manifestations : chantiers, expositions temporaires, festivals divers, institutions, monuments, spectacles itinérants, voyages d'étude, rencontres avec des professionnels sur leur lieu de travail.
* Dans une mise en perspective de l'enseignement proposé au cours des trois dernières années, on pourra notamment :
- dégager les progressions et le sens de la formation proposée ;
- montrer les bénéfices que chacun peut en espérer dans une poursuite d'études artistiques ou non ;
- dresser un bilan pédagogique concernant l'ensemble du groupe comme chacun de ses élèves.

IV - ASPECTS MÉTHODOLOGIQUES DE LA MISE EN ŒUVRE

IV.1 Cadre général
Le projet construit par l'équipe pédagogique tient compte des questions mises au programme de l'ensemble commun obligatoire ainsi que de la spécificité de l'établissement et des possibilités offertes par l'environnement culturel et les institutions régionales.
Prenant appui sur leur compétence disciplinaire propre, les enseignants apportent leur contribution à un parcours commun. La multiplicité des approches assure aux élèves une formation critique. Leur convergence raisonnée en garantit la cohérence.
IV.2 L'enseignement : sa forme, ses méthodes
L'enseignement de spécialité s'appuie sur une pédagogie du projet, à la fois collectif et individuel. Le projet collectif est défini annuellement en fonction des contextes propres au profil de l'établissement et de l'équipe pédagogique. Il tient compte du niveau d'exigences requis au baccalauréat.
Le travail de l'élève établit autant que possible une relation dynamique entre son expérience personnelle et le parcours collectif. Il se concrétise par un journal de bord qui témoigne de son investissement personnel, sert de support à l'élaboration du dossier de synthèse et permet à l'élève d'approfondir des questions évoquées en classe afin :
- d'y apporter un éclairage personnel étayé d'une documentation rigoureuse et variée, sans pour autant tomber dans une simple compilation ;
- d'approcher des œuvres de façon sensible et les étudier dans une perspective historique en rendant compte de ses choix et de ses interrogations et d'une réflexion esthétique ;
- de témoigner, dans l'organisation de ce travail, de ses capacités d'expression et de ses aptitudes à utiliser et mettre en œuvre une documentation iconographique, textuelle ou sonore.
Chacun des thèmes de l'ensemble commun obligatoire ainsi que de l'ensemble libre (lorsque les activités qui y sont menées s'y prêtent) sont traités dans ce travail. L'équipe veille également à favoriser la prise de parole de l'élève et à l'entraîner à justifier oralement ses choix. En outre, une place non négligeable est réservée à des travaux pratiques comportant notamment l'utilisation judicieuse des technologies d'information, de communication et de création (TICC).

V - COMPÉTENCES ATTENDUES

Au sortir de la classe terminale, l'élève a été sensibilisé à diverses questions, notamment aux grandes problématiques culturelles, artistiques et urbaines du XXème siècle. Il a pris conscience de l'interaction entre les domaines artistiques, le contexte économique, politique et socioculturel. Il a acquis des compétences d'ordre culturel, technique et méthodologique. Imbriquées en réalité, ces compétences, dont le repérage aidera à déterminer des critères d'évaluation, sont distribuées ci-dessous en catégories distinctes par souci de clarté et d'efficacité et afin :
- de faciliter l'harmonisation des jugements entre professeurs, dans la perspective d'exigences communes pour l'évaluation nationale du baccalauréat ;
- d'explorer les différents aspects de l'évaluation et des résultats de l'élève ;
- de faire prendre conscience à l'élève du chemin parcouru ainsi que des objectifs à atteindre.

Compétences culturellesL'élève est capable :
- de maîtriser une terminologie appropriée ;
- d'appréhender les processus de production, de diffusion et de réception des œuvres ;
- de situer des œuvres par rapport à des mouvements ou écoles et de les mettre en relation avec la vie économique, politique, sociale et culturelle du XXème siècle ;
- de rendre compte d'une démarche artistique, d'un parti architectural ou urbain et d'en saisir les enjeux ;
- d'identifier les interactions entre les œuvres.
Compétences techniquesL'élève est capable :
- de sélectionner et produire des images fixes et mobiles (prises de vue, importation, traitement numérique, montages, ...) ;
- de recueillir et traiter des documents sonores (enregistrement et montage d'extraits musicaux, d'entretiens, etc.) ;
- de combiner des images et des sons ;
- de produire un dossier de synthèse associant plusieurs techniques ou supports d'expression.
Compétences méthodologiquesL'élève est capable :
- de rechercher, sélectionner et traiter des informations au cours des activités proposées par l'équipe pédagogique et lors de ses recherches personnelles ;
- de décrire méthodiquement des œuvres relevant de différents domaines artistiques en sachant repérer notamment :
. dans des réalisations architecturales : un parti architectural (contextualisation/décontextualisation, type de plan, distribution des espaces et des circulations, symétrie/dissymétrie, fermeture/ouverture, lisibilité des espaces fonctionnels en façade, ...), des composants spatiaux et formels (articulations, jeux de rythme ou de lumière, modénatures, revêtements, ...), une solution constructive ;
. dans des productions plastiques : les constituants plastiques (lignes, formes, valeurs, couleurs, textures, matières, volumes, utilisation d'éléments réalistes ou figuratifs), leur organisation, les jeux de références, les pratiques sérielles ;
. dans des œuvres cinématographiques : les différentes séquences, les types de plans utilisés, l'utilisation ou non d'un décor, d'effets, le rapport image et son, la caractérisation des personnages ;
. dans des chorégraphies : les éléments constitutifs de l'œuvre (partis pris corporels, relations entre danseurs, construction de l'espace chorégraphique, prise en compte du temps, articulation éventuelle à la musique) et les processus d'organisation et d'écriture ;
. dans des compositions musicales : des caractéristiques d'instrumentation, la présence ou l'absence de thèmes ou motifs mélodiques, de repères rythmiques (tempo, ostinato, cellule répétitive, ...), de registres (du suraigu au très grave), de refrains, d'oppositions de parties ;
. dans des mises en scène théâtrales : la scénographie, les costumes, les déplacements et la gestuelle des acteurs, la diction, le rythme ;
- d'analyser ces œuvres en les replaçant dans leur contexte artistique et historique ;
- de distinguer dans son approche de l'œuvre les critères objectifs d'analyse des critères subjectifs d'appréciation (sensibilité et intérêt personnels) ;
- de réaliser un dossier de synthèse élaboré à partir de son journal de bord et en relation avec les questions du programme ;
- de réaliser une composition écrite construite et argumentée en réponse à une question portant sur le programme ;
- de s'exprimer à l'oral en répondant à des questions et en argumentant devant un jury.


Les textes officiels pour l'option HIDA


Les textes du ministère pour l'hida.


Nature et modalités de l'épreuve

L'option Hida, programme                    

Programme limitatif année 2007-2008                                                   

10:35 Écrit par Joh P. dans Préparer l'examen d'hida | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : liens, bac |  Facebook |

Préparez l'examen du Bac: les sujets sont sur internet!

Pour se donner une idée des sujets tombés au bac en hida les années passées, rendez vous sur le site EDUCNET . Les sujets sont ICI 

 

10:24 Écrit par Joh P. dans Préparer l'examen d'hida | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : liens, bac |  Facebook |

01/11/2007

Etre au courant des actualités culturelles

Petite liste de choses qui pourraient vous êtres utiles pour vous tenir informés:

- http://www.telerama.fr/

- www.latribunedelart.com/

- http://www.evene.fr/arts/

- http://www.culture.fr/

Salon du Patrimoine Culturel

BanniereSalonDuPatrimoineCulturel2007

Le Salon du Patrimoine Culturel

  se déroulera du 8 au 11 novembre au Carrousel du Louvre. Plus de 250 exposants seront présents pour cette 13eme édition dont le thème est "patrimoine et environnement". Restauration, conservation, mise en valeur, édition, presse spécialisés: vous pourrez y rencontrer des spécialistes : bon moyen de trouver un sujet pour le dossier 'politique culturelle' mais aussi de trouver sa vocation... ^^ Il y a beaucoup de débats, tables-rondes et conférences, n'hésitez pas à y assister... (voir sur le site du salon)
Affiche2007m

Infos pratiques

Du 8 au 11 novembre de 10h à 19h
Le 11 de 10h à 18h
Carrousel du Louvre 99, rue de Rivoli - 75001 Paris

Tarif normal : 11 Euros

Tarif réduit : 5 Euros (étudiants - Groupe de 10 personnes et plus)

Gratuit pour les - de 12ans

Pour en savoir Plus: http://www.patrimoineculturel.com/

Deux cycles sur le cinéma des années 20

Deux cycles sur le cinéma des années 20 vous sont proposés par le goethe institut et le musée d'Orsay.

CINÉMA AU GOETHE-INSTITUT : « Portraits de femmes, quatre cinéastes allemands dans les années 20 »
Séances les 20, 22, 27  et 29 novembre 2007.

17, avenue d'Iéna Paris 16
Information : 01 44 43 92 30
www.goethe.de/paris

 

CINÉMA AU MUSÉE D'ORSAY : « Le cinéma français des années 20 : corps et décors »
du 8 au 24 février 2008
Cycle d'une trentaine de courts et longs métrages.
Séances mercredi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche.

Auditorium - Entrée porte C
1 rue de la Légion d'Honneur
Paris 7
Information : 01 40 49 47 57
http://www.musee-orsay.fr/

 

23:20 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1925, cinema |  Facebook |

Expostion "chanson folles des années 20"

EXPOSITION À LA MEDIATHEQUE MUSICALE DE PARIS : « Chansons folles des années 20 »
du 8 novembre au 31 décembre 2007
Un choix de partitions des chansons de l'époque.
Le 21 novembre, à 19 heures, conférence en chansons avec Martin Pénet, Gabriel Palacio et Pierre-Jean Desnoux.

Forum des Halles
8 porte Saint Eustache Paris 1
Information : 01 55 80 75 30
http://www.paris-bibliotheques.org/

23:15 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exposition, musique, 1925 |  Facebook |

Exposition: Baccarat et les années folles

Exposition "Baccarat et les années 20, un souffle de modernité"  29 octobre 2007 - 29 février 2008

Galerie-Musée Baccarat 
11, place des Etats-Unis 
75116 Paris      
Tel : 01 40 22 11  00    

Métro : Boissière ou Iéna     

Ouverture de 10h à 18h tous les jours sauf mardi et dimanche. Prix d'entrée : plein tarif 5 €, tarif réduit : 3,50 €

Plus d'info: http://www.baccarat.fr/fr/univers-baccarat/actualites/contenu/actualites/BACCARAT%20ET%20LES%20ANNEES%2020.htm

23:13 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exposition, 1925, arts decoratifs |  Facebook |

Exposition : Les années folles

Les années folles (1919-1929)

img_23801

Exposition Musée Galliera du 20 octobre 2007 au 29 février 2008.

Cette exposition est consacrée à la mode dans les années 20. Cela peut etre un bon thème pour le dossier de bac (beaucoup d'élèves ont choisi la mode en 1925 l'an dernier). Je tiens aussi à vous rappeller que le sujet tombé en commentaire de document à la session juin 2007 était "la femme en 1925", informez vous donc sur ce sujet, car certains profs vous le donneront en controle ou en bac blanc. (voir la rubrique "liens utiles": les annales du bac hida)

Info pratiques:

Musée Galliera
10, avenue Pierre 1er de Serbie - 75116 Paris
tél.: 01 56 52 86 00

métro : Iéna ou Alma Marceau

Ouverture de 10 h à 18 h
tous les jours sauf le lundi
(de 14 h à 18 h les jours fériés)

Prix d'entrée
plein tarif : 7 € / tarif réduit : 5, 50 €
tarif jeune (14-26 ans) : 3, 50 €
gratuit : moins de 14 ans


Plus d'info: http://www.galliera.paris.fr/

 

 

23:06 Écrit par Joh P. dans 1925 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 1925, mode, exposition |  Facebook |

A lire avant toute choses. Questions diverses et récapitulatifs des articles

Comment ça marche?

Les articles sont classés par catégorie: celles ci reprennent les thèmes officiels du programme:

-L'architecte Auguste Perret (1874-1954)

-Arts et villes au XXème siècle

- création et vie artistiques au moment de l'exposition de 1925

-Artistes et architecture

-Politiques Culturelles en France depuis 1945

Dans chaque catégorie, je posterai des articles comprenant des liens utiles pour le cours, des info d'expo, de publication, de conférences ainsi que des idées de sujets pour le dossier. Cela risque donc d'être un peu le fouilli, c'est pourquoi je vous conseille d'utiliser les tag et les récapitulatifs de listes d'articles.